lundi 29 février 2016

La revue de presse de l'apéro-lib

D'abord, une piqûre de rappel pour les petits nouveaux :
J'organise chaque mois une rencontre entre libertins parisiens dans un bar du neuvième arrondissement. Cet apéro n'est pas une soirée libertine classique, mais un moment de détente, de rencontre et de discussion, sans sexe. On reste sages et habillés, ou presque puisqu'il arrive d'apercevoir une jarretelle de temps à autre. C'est l'occasion parfaite pour que des débutants découvrent le milieu libertin tout en douceur et reçoivent des réponses à leurs questions.

Parmi les quelques centaines de personnes qui sont passés à mon apéro au cours de ces quatre années, certains sont blogueurs et ont ont décrit leur soirée dans un billet. Voici ceux dont je suis j'ai connaissance. Si j'en ai raté, signalez-moi dans les commentaires !

Le forum doctissimo (10 décembre 2012) - Si vous avez le courage de fouiller dans ce sujet, vous trouvez des avis sur les tout premiers apéros de 2012, jusqu'à début 2015 environ, quand j'ai arrêté de communiquer sur ce forum.

Nouveaux Plaisirs (17 juin 2013)

Palaume (26 mars 2015)

Libertinement Flo (23 décembre 2015)

Paris Derrière (28 janvier 2016)

Sandra, l'autre femme (25 février 2016)

Ève de Candaulie (10 avril 2016)

Hana having fun (17 avril 2016)

Goormand (23 avril 2016), deuxième partie (28 juin 2016)

Comme une image (21 juin 2016)


Vous pouvez aussi consulter mes propres billets sur le sujet :

Apéro libertin n°6 - Cravates et porte-jarretelles (29 octobre 2012) - L'un des rares apéros-lib à dress code.

Apéro entre libertins parisiens (8 juin 2013) - L'époque "en club" ... qui n'a pas duré !

Apéro Libertin - Livre d'or (22 septembre 2013) - Quelques commentaires à propos d'un apéro.

Comment organiser des apéros libertins (14 février 2016) - Pour faire les vôtres, et comprendre les principes de l'apéro-lib !

mardi 16 février 2016

Apéro libertin n°41 - Vendredi 11 Mars

Mes apéros sont l'occasion de se réunir et de discuter entre libertins, tout en buvant un verre et en mangeant un morceau dans une ambiance chaleureuse, bon enfant et légèrement délurée. Ils ne se déroulent pas dans un club échangiste, mais dans un bar «normal». On y vient pour parler, par pour sexer.

La soirée est ouverte aux hommes et aux femmes, aux célibataires et aux couples, et aux libertins accomplis comme aux débutants. Contactez-moi pour vous inscrire, avec une courte présentation si nous ne nous connaissons pas encore.

Je reçois beaucoup de demandes, mais l'espace disponible est limité. Je ne peux donc pas accepter tout le monde. Croyez bien que j'en suis le premier désolé.

L'entrée est gratuite. Bien sûr, chacun paye ses consommations.



À bientôt !

dimanche 14 février 2016

Comment organiser des apéros libertins

On me demande fréquemment s'il existe des apéros libertins dans d'autres villes que Paris. Après de longues hésitations, j'en ai fait un à Rouen, ville où j'habite désormais.


Vu son succès, par la qualité des discussions à défaut du nombre des participants, il y en aura sans doute d'autres.

Cependant, je ne peux pas faire le tour de toutes les grandes villes de France. J'ai un métier et des enfants... Heureusement, organiser un apéro libertin n'est pas compliqué. Il suffit d'un peu de temps pour en monter un dans votre région.

Tout d'abord, rappelons les grands principes de l'apéro-lib :
  • Un apéro-lib est un moment de discussion autour du libertinage. On y vient pour faire connaissance, chercher des conseils, échanger des avis et parler de tout et de rien.
  • Il n'y a aucune pratique sur place. Pas de sexe, pas de branlette dans un coin, rien de rien. Du coup, pas besoin de dress code. On peut venir en sortant du bureau. On peut s'habiller sexy si on le souhaite, mais il faut rester décent. Un enfant (ou un inspecteur de la brigade des mœurs) doit pouvoir passer à côté du groupe sans être choqué.
  • Il se déroule dans un endroit neutre, jamais dans un club libertin. On s'assure ainsi du respect du principe précédent. C'est important pour libérer la parole des libertins, notamment débutants, qui sont souvent timides. Ainsi, ils peuvent engager une conversation sans craindre de « passer à la casserole ».
  • Il est ouvert à tous, quel que soit son statut marital. L'un de ses objectifs premier est d'être un lieu d'accueil pour les personnes qui ne peuvent facilement fréquenter les clubs libertins, dont les hommes seuls. (Cela n'empêche pas de filtrer les candidats pour éviter les lourds et viser la parité.)
  • Il est ouvert à toutes les sexualités. Rien n'est obligatoire, si ce n'est l'ouverture d'esprit et la bienveillance envers des pratiques différentes des siennes.
  • Ce n'est pas une soirée de speed-dating. On n'y vient pas uniquement pour draguer et trouver des partenaires. Les comportements de séduction lourdingues d'un autre âge sont déplacés.
  • Il est gratuit. L'apéro n'a pas de vocation commerciale. Chacun paye ses consommations, mais l'entrée est libre. (Raison de plus pour ne pas le faire dans un club libertin.)
Ceci étant posé, voyant comment mettre en place un apéro-lib.

Trouvez un lieu

Choisissez un bar qui vous plait, pas trop bruyant et où l'on peut manger, puisque l'apéro va probablement se prolonger dans la soirée.

Idéalement, si vous avez assez d'invités, demandez à ce que l'on vous réserve une partie de l'établissement.

Évitez les restaurants, à moins que vous ne soyez qu'une poignée. À partir d'une dizaine de personnes, les conversations seront plus fluides et naturelles si vous êtes debout. Il est par contre possible de s'asseoir plus tard, une fois les affinités décelées.

Choisir une date

Je fais sciemment mes apéros le vendredi. La semaine, beaucoup de gens ne sont pas disponibles, et le samedi, les libertins préfèrent une « vraie » sortie. À vous de voir pour les vôtres...

(Optionnel) Créez un prospectus.

J'utilise Paint Shop Pro ; vous pouvez prendre n'importe quel logiciel tant que vous le maîtrisez. N'hésitez pas à vous faire aidez si vous n'y connaissez rien.

Pensez à indiquer la date de l'apéro, la ville où il a lieu, et le moyen de vous joindre. Mais ne donnez pas l'établissement exact, ce qui vous permettra de filtrer les candidats par la suite.

Attention, l'image doit être neutre. Vous invitez à un apéro-lib, pas à une soirée échangiste. Soyez suggestifs plutôt que sexy ou vulgaire. Pensez aussi que vous visez un public des deux sexes. Si vous illustrer votre prospectus d'une jolie fille lascive, ne vous étonnez pas de n'avoir que des hommes et pas de femmes parmi les demandes d'inscription !

Annoncez l'apéro.

Si vous avez un blog, publiez-y votre annonce. Je peux aussi le faire sur le mien, bien sûr.

Ensuite, les principaux vecteurs sont les réseaux sociaux, comme FaceBook et Tweeter, à condition d'y avoir un compte alternatif et des contacts de votre région. Cherchez des groupes locaux pour toucher plus de monde.

Vous pouvez aussi annoncer votre soirée sur certains sites de rencontres libertines. Je l'ai fait sur NousLibertins, avec des résultats peu concluants.

Actuellement, c'est le blog ParisDerrière qui m'amène le plus de nouveaux inscrits. Il existe peut-être des sites ou des blogs populaires dans votre région ? Ne vous limitez pas aux sites libertins, tous ceux parlant de sexualité en général peuvent être intéressés.

J'ai longtemps annoncé sur le forum «Libertinage» de doctissimo. Je ne le fais plus, mais pour un premier apéro, cela peut-être une bonne idée.

N'allez surtout pas sur OVS. :)

Filtrez les candidatures

Vous allez recevoir des messages de la part des personnes intéressées. C'est là que commence votre travail d'animateur. Vous allez devoir choisir qui accepter et qui refuser.

Je demande une brève présentation du parcours libertin, ce qui suffit à décourager la plupart des morts de faim. Ils se rendent compte que la soirée n'est pas open bar et ne répondent même pas. Les plus tenaces sont faciles à identifier. Cela faut aussi bien pour les hommes que pour les couples, ou les faux profils de femmes.

Ensuite, vous devrez jongler avec le nombre de couples, de femmes et d'hommes. Pendant longtemps, je visais un maximum de 60% d'hommes pour 40% de femmes, soit trois hommes pour deux femmes. Depuis quelques temps, j'ai suffisamment de demandes de femmes pour arriver à un pourcentage nettement plus proche de la parité.

Accueillir les invités

Prévoyez un signe de ralliement pour vous retrouver. C'est vital si vous n'occuper qu'une partie du lieu de rendez-vous, mais aussi si vous êtes très nombreux et qu'il faut vous identifier comme organisateur pour montrer patte blanche. En guise de panache, j'ai mon célèbre chapeau. Pour vous, cela peut-être n'importe quoi.

Vous pouvez aussi donner votre numéro de téléphone pour gérer les anxieux du dernier moment et recevoir les annulations.

Outre un simple bonsoir, votre rôle consiste également à mettre les nouveaux arrivant à l'aise, à leur expliquer les principes de l'apéro et à s'assurer que les timides ne restent pas dans leur coin. Si vous avez le temps, parlez-leur (de leurs expériences, de leurs projets) et sinon, introduisez-les dans un groupe de gens sympathiques.

Assurer la fermeture

En fait, il n'y a qu'une chose à faire : lorsque vous dites au revoir à chacun, rappelez-leur de payer leurs verres ou leurs plats, afin que le patron ne vous demande pas de les régler à votre place !

Si vous connaissez déjà la date du prochain apéro-lib, annoncez-la.

Voilà. À vous de jouer !

Plaidoyer pour l'altersexualité

Les mots véhiculent des idées. Le vocabulaire est un champ de bataille. Il faut parfois le créer soi-même pour ne pas laisser ses adversaires imposer leurs vues.

Dans ma recherche d'un mot neutre pour désigner les personnes à la sexualité libérée, je suis tombé sur l'orthosexualité, qui désigne le contraire, et son opposé, l'altersexualité.

Voici une belle citation du site altersexualité.com :
Est altersexuelle toute personne considérant que la monogamie à finalité reproductrice n’est pas la seule possibilité d’épanouissement de l’individu. (Ce qui ne veut pas dire que tel ne soit jamais le cas !) L’altersexualité, c’est la sexualité sans mariage, la pluralité de partenaires (polyamour, ménage à trois, échangisme et tout ce que vous voulez), la sexualité entre personnes de tous sexes, la transgression ou mieux, le brouillage des genres, la sexualité au troisième âge, la sexualité des personnes handicapées, le droit des détenus à la sexualité, la réhabilitation de la prostitution comme le plus vénérable métier du monde, le mouvement des non-parents ou « Childfree », etc. C’est aussi le droit pour les adolescents à une éducation laïque en matière de sexualité, et à une vie intime sans contrôle social. L’altersexualité, cela peut être aussi le renoncement à la sexualité, du moment qu’il est librement consenti. L’altersexualité, c’est le droit, pas le devoir !