lundi 29 mars 2010

Que dire ?

Le temps s'est arrêté. Comme une mouche, je suis pris dans l'ambre. Pas franchement mal à l'aise, mais un peu à l'étroit.

Ma situation n'a pas vraiment évolué depuis mes derniers messages. Les gros travaux sont finis dans l'appartement, il faut que l'on s'occupe de repeindre. Ce qui veux dire arrêter le boulot et se rendre sur place. Et ce n'est pas facile quand on a accepté des tas de commandes à l'avance. Je viens d'entamer la dernière. Je devrais avoir fini à la fin du mois prochain. Et là, si tout va bien, je pourrai passer à l'avant-dernière étape de mon installation.

En attendant, je fais du sur place.

J'habite toujours dans ma chambre à Orléans. Je suis toujours loin de Mlle Amaranthe. Je n'ai plus l'occasion de sortir et seulement à moitié l'envie. Pris par le boulot, cela fait des lustres que je ne suis plus sur MSN et que je ne prend plus le temps de commenter mes blogs favoris. J'ai mille projets, mille envies, mille rencontres en suspend. Oui, bon, peut-être pas mille, mais quelques-unes tout de même, qui prennent du retard.

Que je traîne depuis ce qui me semble être des mois. Je n'ose même pas réfléchir à la première fois où je me suis dis que je serai "bientôt" sur Paris ...

Et j'ai tant de choses à construire et à découvrir avec Mlle Amaranthe. Elle me manque. Il se passe plusieurs semaines entre chacune de nos rencontres. Et l'intermédiaire n'est pas folichon, n'ayant ni l'un ni l'autre (mais surtout l'autre en fait !) beaucoup de temps pour une relation téléphonique ou épistolaire. Et puis, ça ne remplace pas la peau ou le regard.

Je la retrouve dans deux jours. Je dors mal, saisi par l'excitation et l'impatience. Le plus triste, c'est que j'anticipe déjà le moment où nous allons devoir nous séparer, où je rentrerai à Orléans pour ne pas la revoir avant des semaines. Je suis déchiré d'avance.

Au final, encore un message pas très positif (sans plus plus que je ne suis vraiment) et pas très intéressant. Désolé ! Je voulais faire vivre un peu ce blog, sur lequel je ne sais plus quoi dire. J'ai toujours quelques (vieilles, maintenant) soirées à raconter, mais à quoi bon ? L'envie d'être exhaustif à peu à peu disparu. Reste ça : un peu de rien.

En espérant que ça finisse par changer.

jeudi 18 mars 2010

Libertango & Lamyss

Imaginez un voleur qui, non content de vider votre maison de vos meubles, y installe les siens, refait la décoration, choppe la clé de la boîte aux lettres et s'installe tranquillement dans un fauteuil (d'une couleur atroce) devant la cheminée ? Eh bien, c'est ce qui est arrivé à Libertango & Lamyss. Virtuellement, bien sûr.

L'adresse de leur site a été récupérée on ne sait comment par un cybersquatteur, ou plutôt un cyberarnaqueur. Ils ont été relogés d'urgence sur http://www.libertango-lamyss.com/ (et le flux RSS est ici). Vous pouvez participer à l'effort de guerre contre le squatteur en effaçant de vos liens l'ancienne adresse et en la remplaçant par la nouvelle.

Ceci étant dit, je leur souhaite une bonne deuxième crémaillère !